Accueil > Conseils pratiques > La grossesse > La bonne santé de la mère

La bonne santé de la mère

Elle passe par une alimentation équilibrée, par l'abstention de toute drogue dont l'alcool, le tabac et le canabis
par l'arrêt de tout médicament pris sans avis médical, par la pratique de certains sports non violents...


alcool et grossesse

1) L'alimentation

La grossesse est l'occasion de réfléchir à notre façon de s'alimenter et de nourrir notre famille...

3 à 4 repas pris dans la journée sont nécessaires afin de répondre aux modifications de l'organisme de la mère (croissance de l'utérus, des seins, augmentation du volume du sang) et au développement de l'enfant et de ses annexes (placenta et liquide amniotique).

La prise de poids est fonction du rapport poids/ taille préexistant à la grossesse, et varie de 6 à 18 kg (6 pour les femmes en excès de poids et jusqu'à 18 kg pour les femmes très maigres). Elle est de 11 à 12 kg pour la mère de poids normal.

Tout régime draconien inférieur à 1800 kcal est proscrit, car peut avoir de conséquences néfastes sur le développement cérébral de l'enfant et entrainer des carences chez la mère avec des répercussions à long terme par manque d'acides gras essentiels.

Sans devenir obligatoirement végétarien, il est important de revenir à une alimentation essentielle, moins raffinée mais plus VARIEE, plus VEGETALE, plus CRUE POSSIBLE pour les végétaux.

Les difficultés à digérer peuvent être améliorées par le fractionnement de la prise des aliments en 4 à 5 petits repas, sans pour autant augmenter la quantité globale des aliments ingérés sur la journée.

Les besoins en protéines sont généralement largement couverts en quantité dans notre mode de vie occidentale, mais pas en qualité : l'apport en protéines animales (viande, lait, fromage) est trop important par rapport aux protéines végétales (légumineuses: lentilles, haricots rouges, pois-chiches, fèves ou fruits secs : noix, amandes...) qu'il faut apprendre à consommer.

Il faut savoir que pour les protéines : la complémentarité et la qualité sont plus importants que la quantité. Ainsi une ingestion importante et non diversifiée de protéines est à l'origine d'une surcharge de travail pour leur élimination de la part de l'organisme, et est responsable de maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus, insuffisance cardiaque, athérosclérose..), d'obésité, de diabète.

De même, les apports en lipides ou graisses sont suffisants. Cependant les huiles végétales crues sont insuffisamment consommées alors qu'elles apportent les acides gras essentiels et les vitamines A, D, E, K qui les accompagnent.

L'alimentation est toujours trop riche en sucre type saccharose (gâteaux, glaces, bonbons, sucre blanc, boissons sucrées...). Ce sucre raffiné n'apporte aucune vitamines ni minéraux. Elle doit privilégier les céréales (riz complet, pâtes complètes, pain aux céréales, millet...) qui apportent la vitamine B1, du Zinc et du Chrome ainsi que les fruits riches en vitamines et antioxydants.

L'une des erreurs diététiques la plus courante consiste à s'accorder des grignotages faits de sucreries, qui nous paraissent être de petites quantités ingérées par ci par là, mais s'avèrent être redoutables pour la prise de poids excessive!...De plus, ce comportement alimentaire stimule en excès le pancréas qui s'épuise en sécrétant l'insuline en réponse à l'hyperglycémie entrainant à nouveau une hypoglycémie avec une nouvelle sensation de faim et nouvelle prise de sucre ... Un cercle vicieux et préjudiciable s'installe rapidement...

En ce qui concerne les besoins en vitamines et en sels minéraux, la supplémentation médicamenteuse est réservée aux quelques cas particuliers (grossesse gémellaire, rapprochée ou évoluant dans un contexte socio-économique défavorisé, antécédent de certaine malformation foetale, prise de certains médicaments).

Seule une dose unique de 100 000 UI de vitamine D au début du 7ème mois de grossesse est recommandée.

EN RESUME

MANGEZ LE PLUS VARIE POSSIBLE les produits frais du terroir et de saison.

MANGEZ LE PLUS VEGETAL POSSIBLE c'est-à-dire des légumes à tous les repas, dont des crudités en entrée et cuits à la vapeur de préférence et en plat consistant.

Vous pouvez manger de la viande mais en alternance au moins 2 fois par semaine avec les poissons (sardines, maquereaux, anchois, saumon riches en oméga 3), les oeufs, les fromages sans oublier les légumineuses (lentilles, pois-chiches, haricots, soja )

MANGEZ LE PLUS CRU POSSIBLE : les légumes consommés crus pour leurs vitamines et leurs sels minéraux ainsi que les fruits frais.

PRENEZ UN PETIT DEJEUNER COPIEUX avec fruits frais, des fruits secs (noix, noisettes, amandes, graines de sésame, de tournesol, pignons, noix de cajou...).

EVITEZ LA PRISE DE POIDS EXCESSIVE, les sucreries en grignotage, les graisses le soir avant le coucher.

N'OUBLIEZ PAS LES CEREALES (riz, pâtes, pain complets) en petite quantité à tous les repas.

PRIVILEGIEZ LES ACIDES GRAS INSATURES (huiles végétales de première pression à froid : olive qui supporte bien la cuisson, ou colza, soja, pépins de raisins, noix qui ne supportent pas le chauffage) et limiter les graisses d'origine animale (beurre, margarine, saindoux, fromages, viandes et charcuteries).

LIMITEZ LA PRISE D'EXCITANTS : café, thé,alcool qui diminuent l'absorption du fer dans l'organisme.

CONSOMMEZ DE L'EAU en quantité suffisante soit 1,5 à 2 l par jour en privilégiant celles riches en calcium, magnésium, fluor. Evitez l'eau du robinet qui est le plus souvent polluée.

Quelques recommandations:

En cas de non immunité vis à vis de la toxoplasmose: bien cuire la viande, bien laver les fruits, les légumes puis les mains, éviter tout contact avec les chats et surtout avec leur litière.

Se méfier des crustacés et mollusques présentant un risque pour l'hépatite A.

2) Les drogues

L'alcool est à proscrire pendant toute la durée de la grossesse car il s'agit d'un toxique qui traverse facilement le placenta pour se retrouver dans le sang du foetus. La consommation régulière entraine un retard de croissance et mental ainsi que des malformations cardiaques.A la naissance, le nouveau-né présente un syndrome de manque et est très agité.

L'alcool est donc à proscrire complètement, même pour un seul verre consommé de temps en temps !

Le tabac est également délétère de part la fumée inhalée qui renferme plus de 3 000 substances toxiques passant du monoxyde de carbone, le gaz carbonique, l'acide cyanhydrique, cétones, amoniac, cadmium, nickel...Ces substances traversent la barrière du placenta pour se retrouver dans l'organisme du foetus.

Il faut également prendre en compte l'effet nocif du tabagisme passif qui pollue l'air inhalée par la future mère.

Le médecin ou la sage-femme peuvent vous aider à vous débarasser de ces produits par la prescription de patch à la nicotine, d'entretiens personnalisés...

3) L'automédication

Toute prise de médicament doit se faire sur l'avis du médecin ou de la sage-femme. Il s'agit de molécules parfois tératogènes (capables d'induire des malformations chez le foetus).

Certains vaccins à virus vivants sont interdits pendant la grossesse (contre la rubéole, rougeole, oreillons, poliomyélite par voie orale...) tandis que d'autres sont autorisés (contre le tétanos, la grippe...).

La prescription de tout examen radiologique est aussi bien réglementé en fonction du site à irradier et de l'âge de la grossesse.

Il est important de signaler toute grossesse même débutante au médecin ou au dentiste.

4) La vie au quotidien

Si la grossesse ne vient pas bouleversée votre vie au quotidien, elle vous dictera l'adaptation nécessaire au changement de rythme lié à la fatigue qui peut s'installer.

Si votre activité professionnelle n'est pas physiquement pénible (pas de travail la nuit, pas de port de charges lourdes, d'exposition à des températures extrêmes...), elle contribue à votre épanouissement personnel, et les congés légaux de maternité sont suffisants.

Le suivi mensuel de votre grossesse par le médecin ou la sage-femme permet de dépister toute complication nécessitant un arrêt de travail toujours possible.

Vos activités ménagères peuvent être difficiles à assumer en début et à la fin de votre grossesse. N'hésitez pas à vous faire aider par votre entourage.

Tout déménagement est à éviter. S'il est malgré tout indispensable, il est préférable en milieu de grossesse, période où vous serez le plus en forme. Mais vous devez éviter de porter les charges, faute de quoi vous risquez une hospitalisation pour contractions.

Vos déplacements ne doivent pas être trop fatigants. Avant tout voyage, demandez conseil auprès de votre médecin ou votre sage-femme. Evitez les séjours éloignés de votre maternité les deux derniers mois de votre grossesse au risque d'accoucher dans un lieu inconnu. Reportez vos envies de destinations exotiques nécessitant des prises de médicaments contre le paludisme ou des vaccins exigés et contre-indiqués.

Les moyens de transports utilisés tels que la voiture ne sont pas proscrits à conditions d'être installée confortablement avec un petit coussin dans le dos pour soulager les lombaires. Il est important de faire une pause tous les deux heures afin de se dégourdir les jambes.

Au troisième trimestre, il est préférable de se faire véhiculer, d'être confortablement installée, la ceinture de sécurité est obligatoire mais la partie inférieure doit être placée bien en dessous de votre ventre. Les voyages trop longs sont à éviter.

Le train est un moyen sûr et peu fatigant.

L'avion est le plus indiqué pour les longs trajets. Certaines compagnies aériennes refusent de vous embarquer à partir du 7ème mois de grossesse.

Votre activité sportive n'est pas interdite à condition qu'elle ne soit pas responsable de chute ou de traumatisme abdominal. Les sports tels que : équitation, ski, planche à voile, volley, basket-ball, sports de combat, arts martiaux... sont donc contre-indiqués.

La marche, la gymnastique douce, la natation sont conseillées. Le sport vous aidera à vous sentir mieux et à récupérer votre silhouette après la naissance. Ils sont à pratiquer en fonction de vos capacités physiques et de votre entrainement.

Vous pouvez marcher régulièrement, de préférence dans un endroit agréable et sans pollution excessive.

5) Les soins

Vous devenez rondement belle et votre peau peut subir quelques modifications liées aux changements hormonaux.

Les peaux sensibles ou sèches accentuent leur déshydratation et nécessitent l'application matin et soir d'une crème protectrice nourrisante et hypoallergique. L'application doit se faire sur une peau nettoyée au lait de toilette toujours rincée à l'eau minérale de préférence (brumatisateur) afin d'éviter toute irritation..

Les peaux grasses peuvent s'améliorer. Parfois une acné peut apparaître et nécessite un avis médical pour un traitement par voie locale.

Le masque de grossesse consiste en l'apparition de petites taches brunes au deuxième trimestre de la grossesse. Elles disparaissent après la naissance. Méfiez-vous de l'exposition au soleil qui aggrave le masque. Préférez l'écran total et le chapeau.

La prévention des vergetures est souhaitable dès le début du 2ème trimestre de la grossesse par une application journalière d'une crème spécifique sur le ventre, les hanches, le haut des cuisses, les seins. En limitant une prise de poids rapide et/ou excessive, vous limitez le risque d'apparition de vergetures qui s'atténuent après la naissance mais ne s'effacent pas complètement.

La chute des cheveux est ralentie sous l'effet des hormones de la grossesse. Ils sont plus fournis et plus soyeux.

Les dents doivent faire l'objet d'une visite chez votre dentitste afin de traiter toute carie responsable d'infection préjudiciable pour votre enfant. Le dépôt de tartre ainsi que la gingivite sont plus fréquents pendant la grossesse.